Lab-Box : Développez vous-même sans chambre noire


13 avril 2017 ‐ Actualité du laboratoire

Les projets en faveur de l’argentique fusent sur Kickstarter et leurs financements ne se font pas attendre. Cette semaine, découvrez le succès de la Lab-Box, cette boîte qui offre la possibilité de développer ses films soi-même sans utiliser de chambre noire.

Cette cuve de développement, une idée née de l’entreprise Suisse Ars Imago, avait déjà vu son financement atteindre 3 fois la somme espérée à peine quelques jours après son lancement sur Kickstarter.

Le développement à domicile, on le sait, est une pratique régulière et commune chez les amateurs de photographie argentique. Cependant, c’est l’étape de mise en spire, au cours de laquelle un film 135 est sorti de sa cartouche, le film 120 extrait de sa bobine et débarrassé de son ruban de papier, qui nécessite l’utilisation d’une chambre noire et n’est pas accessible à tous. C’est cette étape que propose de simplifier la Lab-Box.

Comment ça marche ?

Une fois la pellicule chargée dans le module, fermez le couvercle et tournez le bouton extérieur qui enroulera le film sur la spire (et servira également à agiter la chimie au cours du développement). Actionnez le petit levier pour couper le film et le séparer de sa cartouche d’origine et le tour est joué !

La Lab-Box est compatible avec les films 135 et 120. Elle permet également d’utiliser n’importe quel type de chimie (couleur ou noir et blanc).

Les (-)

Le développement manuel est un processus assez long et coûteux. Pour contrer ces dépenses, on utilise généralement une seule cuve pour développer plusieurs films à la fois. Or, la Lab-Box permet seulement de développer ses films un à un.

Malgré ce qu’elle laisse à penser, ce mode de développement n’est pas totalement innovant puisque ce type de cuve existait déjà il y a 70 ans avec la Rondinax de AGFA par exemple, ou encore la cuve Paterson. On relèvera tout de même son design moderne et sa portabilité efficace.